Zéro déchet : installer un compost dans un appartement

Aujourd’hui, l’envie de nombreux foyer est de réduire leur impact environnemental en se tournant vers le zéro déchet. Cette nouvelle initiative peut prendre du temps à mettre en place, mais une fois les nouvelles habitudes bien ancrées dans le quotidien, ça va comme sur des roulettes. La salle de bain et la cuisine sont les deux pièces à viser pour réduire au maximum ses déchets. Au sein de la cuisine, un élément est indispensable : le compost. Souvent, les personnes en appartement pensent qu’il est impossible d’avoir un compost. C’est faux ! Avoir un compost en appartement est totalement faisable, et cela, sans les mauvaises odeurs.

Le compost : recycler ses déchets alimentaires et nourrir ses plantes

Décider d’installer un compost chez soi, c’est faire un nouveau pas dans une démarche écologique. Cette pratique plaît de plus en plus et n’est pas réservée aux personnes ayant un jardin. Au sein des centre-villes, des potagers et des composteurs partagés ont vu le jour afin d’assouvir l’envie de composter et de cultiver des personnes vivant en appartement. Aujourd’hui, même en appartement, il est possible de se lancer dans le compost.

Qu’est-ce qu’un composteur et un compost ?

Pour créer un bon compost, il vous faut un composteur. Ce composteur vous allez pouvoir le fabriquer vous-même ou bien l’acheter en magasin. Il a va vous permettre de recycler vos déchets alimentaires de type végétaux, de réduire vos déchets et de récupérer deux types de fertilisants. Dans ces fertilisants, vous allez avoir un compost solide qui ressemble à du terreau, et un liquide. Ces deux substances totalement naturelle et fait maison vont vous permettre de nourrir vos plantes, vos jardinières et votre potager.

Comment bien utiliser un composteur ?

Bonne nouvelle, si vous installez un composteur chez vous, vous allez seulement devoir lui consacrer un peu de temps pour l’entretenir. À chaque ajout de déchet au sein de votre composteur, versez une petite pelletée de terre. Au quotidien, vous devez y maintenir une humidité suffisante. Avec un composteur contenant des vers, le substrat doit toujours être humide. Attention, s’il est détrempé, les vers vont mourir ! Vous ne savez pas encore si vous souhaitez investir dans un composteur classique ou un avec des vers, ce que l’on appelle un lombricomposteur ? La première information à savoir, avec une méthode classique, le compostage va prendre entre 6 et 12 mois, avec des vers, seulement 3 ou 4 mois.

En choisissant un composteur classique, vous vous engagez à mélanger vos déchets régulièrement. Pendant cette action, il se peut que vos déchets rejettent de mauvaises odeurs. Toutefois, si votre installation est bien réalisée avec des parois percées pour donner une bonne oxygénation au contenu, cela devrait aller. Une fois le composteur bien en main, vous allez pouvoir créer et utiliser votre propre engrais, que ce soit sous forme de liquide très concentré ou de terreau. Utilisez cet engrais pour nourrir vos plantes, vos cultures de légumes ou de fruits, tout ce qui nécessite de l’engrais pour bien grandir et se développer.

Un composteur qui sent mauvais est un composteur en mauvaise santé. Si c’est le cas, c’est que l’humidité est trop importante. Avec un excédent d’humidité, les aliments ne vont pas se décomposer comme souhaiter, ils vont pourrir. Face à un compost trop liquide, une seule solution : ajouter des petits morceaux de papier ou de carton pour absorber l’excédent d’eau. Dans un compost classique, il n’y a pas de vers pourtant, vous pouvez y trouver des asticots. C’est normal, c’est même bon signe, un écosystème est en train de se créer.

Que mettre dans son composteur ?

Au sein d’un bac à compost, vous ne pouvez pas tout mettre. Certains déchets vont tout simplement gâcher votre installation, notamment en apportant mauvaises odeurs et pourritures. Voici une liste des déchets n’ayant pas leur place dans votre composteur :

  • les épluchures d’échalote, d’oignon ou d’ail ;
  • les restes de nourritures d’origine animale (viande, poisson, fruits de mer…) ;
  • les agrumes trop acides ;
  • la litière d’animaux de compagnie ;
  • les journaux et les magazines imprimés.

Pour faire un bon composte, il faut de bons ingrédients. Dans votre bac, vous pouvez jeter :

  • les épluchures de légumes, les légumes abimés non consommables, les fruits ;
  • les coquilles d’œuf, le marc de café, les feuilles de thé ;
  • des plantes ou des fleurs fanées ;
  • du papier et du carton non imprimés (découpés en petits morceaux mouillés et en petites quantités) ;
  • des cheveux récupéré sur une brosse et des bouts d’ongles non vernis.

Fabriquer son composteur : composteur d’extérieur et d’intérieur

Aujourd’hui, il est possible d’installer un bac à compost dans un espace extérieur (jardin, balcon ou terrasse), mais aussi en intérieur. Bien sûr, il est indispensable de choisir le composteur adéquat. Un composteur d’extérieur sera peu adapté en intérieur, il sera trop imposant et pourra rejeter des odeurs nauséabondes dans un espace confiné. Vous pouvez bien sûr fabriquer votre composteur vous-même ou bien en acheter un en magasin.

Créer un composteur d’extérieur avec un pot en terre cuite ou en plastique

Créer un composteur d’extérieur : rien de plus simple ! Il vous suffit d’avoir un pot en terre cuite, ou bien, un pot en plastique. Une fois le pot en main, percez un trou dans le fond et des micro-trous sur les côtés. En dessous ce pot, placez une grande soucoupe. Elle sera utile pour récolter le thé de compost, ce liquide qui servira d’engrais soutira sous le pot. Au-dessus du pot, placez une deuxième soucoupe. Celle-ci va tout simplement servir de couvercle.

Maintenant que vous avez la structure de votre bac à compost, vous allez pouvoir le remplir. Il faut, dans un premier temps, mettre un peu de terre dans le fond du pot, puis déposer vos déchets. 2 fois par mois, vous allez devoir remuer la surface. Où placer votre composteur ? La meilleure place pour un composteur d’extérieur est dans un coin à l’abri du soleil et de la pluie. C’est pour cela qu’il est idéal pour les balcons ou les terrasses, même en centre-ville.

Créer un composteur d’intérieur : un lombricomposteur

Un compostage classique est long et peut devenir désagréable dans une pièce intérieure. C’est pour cela qu’on ajoute un ingrédient dans un composteur d’intérieur et cet ingrédient transforme alors ce composteur en un lombricomposteur. Alors, quel est ce nouvel élément mystère ? Il s’agit tout simplement de vers rouges. Ces vers, que vous pouvez trouver très facilement dans un magasin dédié à la pêche, sont un peu ragoutant mais adorables et surtout très prolifiques. Dans votre bac à compost, ils vont accélérer la décomposition de vos déchets.

Alors, comment fabriquer un lombricomposteur ? Cela semble plus compliqué qu’un composteur extérieur, et c’est un peu vrai. Il faut seulement réaliser une installation étanche. Cela ne serait pas très agréable pour vous de retrouver des vers se baladant au milieu de votre cuisine. Pour créer un composteur étanche ne rejetant de mauvaises odeurs, vous allez devoir vous munir de 3 ou 4 bacs en plastique alimentaire empilables et d’un couvercle. Le bac du bas va servir à récolter l’engrais liquide. Il faut faire attention, ce liquide est souvent noir et très tachant. Pour éviter de vous tâcher ou de tâcher un élément de votre intérieur, vous pouvez installer un robinet sur ce bac. Évidemment, l’installation de ce robinet devra être bien réalisée et étanche. Prenez le second bac, ce sera le premier bac à compost. Vous devez le poser au-dessus, percer des trous de 6 à 8 mm répartis régulièrement tous les 2 cm. C’est dans ce bac que vous allez mettre les vers et leur litière (fibre de coco et petits morceaux de carton) et vos premiers déchets. Si vous avez beaucoup de déchets à composter, répétez la même opération avec un nouveau bac que vous placez au-dessus de ce dernier. Passons le couvercle. Percez sur toute la surface de petits trous de 1 mm de diamètre. Ces trous vont offrir de l’oxygène à vos vers et éviter la formation de mauvaises odeurs.

Au quotidien, vérifiez régulièrement le niveau du lombrithé, le liquide noir, afin d’éviter les débordements et de sauver vos vers de la noyade. Un lombricomposteur fait maison va avoir tendance à sécher plus vite qu’un composteur acheté en magasin. Pour éviter le dessèchement total, vous pouvez installer un tapis d’humidification sur votre création.

Plus d'articles

8 façons de lutter contre le calcaire

Le calcaire présent dans l'eau peut compromettre votre bien-être au quotidien. Non seulement il peut donner un goût à votre eau et rendre votre...

Home staging : astuces pour vendre son appartement au meilleur prix

Ces dernières années, le marché de l’immobilier a subi de grandes modifications. Tout d'abord, grâce aux crédits avec des taux d’intérêts très faibles, les...

Pourquoi choisir d’installer un WC suspendu ?

À ce jour, de plus en plus de personnes optent pour des toilettes avec une cuvette suspendue. On les retrouve tant dans les anciennes...

Faire le tri : comment désencombrer sa maison ?

Au fil des années, on accumule de nombreux objets. Si lors de leur acquisition, on se sent bien souvent portés par la joie de...